Bonnes nuits, et faites de beaux rêves!

Ma présence au dernier Salon Maternité Paternité Enfants de Montréal, la semaine dernière, m’a amené à discuter avec de nombreux parents dont les enfants éprouvaient des difficultés au plan du sommeil. Il semble que de nouvelles pratiques parentales gagnant en popularité, dont le «cododo» et l’utilisation de porte-bébé, amène chez certains enfants un besoin de proximité avec leur parent afin de s’endormir. Loin de moi l’idée de décourager les parents d’utiliser un porte-bébé, ou de faire dormir le nouveau-né dans leur chambre… Ces pratiques, comme bien d’autres, comportent leurs avantages et leurs inconvénients, et il revient aux parents de faire le choix de les utiliser ou non.

Cependant, il est important de comprendre qu’avec le cododo et le porte-bébé, l’enfant développe l’habitude de s’endormir dans certaines conditions (c.-à-d. à proximité d’un parent, ou même collé contre lui), qu’il réclamera fortement lors de ses futurs éveils nocturnes. Ainsi, lorsque après quelques mois, les parents tentent de faire une transition en installant bébé dans sa propre chambre pour une bonne nuit de sommeil, il arrive qu’ils soient surpris de la difficulté à faire cette transition sans se faire réveiller plusieurs fois par nuit!

Les confidences que certains parents m’ont faites en ce sens m’encouragent donc à démarrer ce blogue avec ce texte sur les règles d’une bonne hygiène du sommeil, car c’est si important pour ensuite avoir de belles journées en famille!

Premièrement, sachez que le sommeil occupe environ le tiers de notre vie, et qu’il est essentiel à la santé physique, mentale et affective (émotionnelle). Nous savons aujourd’hui que certaines attitudes et certains facteurs peuvent favoriser une bonne hygiène du sommeil, notamment :

  • La stabilité : Pour mieux dormir, il est important de tenter de se coucher toujours à la même heure (approximativement), et que l’horaire des différentes routines de la journée soit stable (repas, siestes, activités…).
  • L’alimentation : Il est préférable d’éviter la consommation de caféine ou de toute autre substance stimulante (telle que les boissons énergisantes), à partir de la fin de l’après-midi. De même, il vaut mieux ne pas manger de repas trop lourd en soirée, et de prendre le dernier repas de la journée au moins trois heures avant l’heure du coucher. Enfin, une consommation trop élevée d’alcool peut nuire au sommeil.
  • L’activité physique : Bouger et dépenser son énergie physique durant la journée aide à avoir un meilleur sommeil durant la nuit. À mon avis, les activités physiques en plein air son probablement encore plus efficaces… n’avez-vous jamais eu l’impression d’avoir une meilleure nuit de sommeil après une journée de randonnée, de vélo ou de ski ? Par contre, il faut éviter les exercices physiques tout juste avant l’heure du coucher… à court terme, ils sont stimulants.
  • L’environnement de la chambre : Idéalement, la température de la chambre ne doit pas être trop élevée. Il est également important que l’environnement soit bien aéré, silencieux, et bien humidifié. Il faut aussi éviter le désordre dans la chambre à coucher, ou encore la présence d’outils de travail tels que l’ordinateur ou le cellulaire… Pour l’enfant, il faut éviter que la chambre soit trop stimulante, par exemple, en étant trop garnie de jouets de toutes sortes. Quelques livres, quelques animaux en peluche ou poupées de chiffon suffisent à garnir la chambre. Les jouets plus stimulants peuvent être rangés dans un coffre au salon ou au sous-sol.
  • Le lit ne doit servir qu’au sommeil : Il est important de limiter les activités dans le lit. Si le lit est associé au travail, il sera plus difficile de bien y dormir. Évidemment, les adultes peuvent s’en servir pour leurs rapprochements intimes… mais de toute façon il s’agit d’une activité qui favorise habituellement un bon sommeil.
  • Être confortable : Évidemment, on dort beaucoup mieux avec un bon matelas, un bon oreiller, ainsi que des draps propres et confortables.
  • Éliminer le stress et les inquiétudes : Un petit truc… avant d’aller au lit, on peut écrire une liste de nos tracas et des choses que nous souhaitons faire dans les prochains jours. Cela évite de faire ces listes mentalement au lit.

Ces facteurs sont tout aussi favorables pour le sommeil des enfants. Il est important de savoir que pour eux, un manque de sommeil peut amener de l’irritabilité et des problèmes de comportements (ex. : agitation, agressivité). Sans compter que des nuits difficiles pour un enfant signifient que ses parents auront probablement eux aussi des nuits toutes aussi difficiles.

En plus des facteurs énumérés précédemment, les enfants ont également besoin, pour bien s’endormir, d’avoir obtenu l’attention exclusive d’un des parents, d’avoir une routine comportant un rapprochement avec un parent avant le dodo, ainsi qu’un encadrement ferme et constant. Il est également important que l’enfant ait eu l’occasion dans la journée d’avoir dépensé son énergie, de s’être réconcilié avec ses parents en cas de conflits, et que ses siestes durant la journée aient été bien gérées. Évidemment, si les parents peuvent apprendre à leur enfant des techniques pour se détendre (ex. : respiration, détente musculaire, relaxation…), cela peut faire une différence positive.

Bref, chers parents, retenez que pour vous, comme pour vos enfants, pour avoir une belle journée, il faut avoir eu une belle nuit, et pour avoir une belle nuit, il faut avoir eu une belle journée !

 

PS: Pour en savoir plus, vous pouvez consulter mon livre Chut! Fais dodo… Les problèmes de sommeil chez les enfants, les adolescents et leurs parents, publié aux Éditions La Presse.

Infolettre

Inscrivez-vous à l’infolettre pour rester à l’affût des dernières nouvelles, publications, conférences, etc.